Le projet musical

Eurochorus : projet 2022

 « Musique pour la Paix »

Aix-la-Chapelle, Rhénanie du Nord-Westphalie, Allemagne,

du 22 au 28 août 2022

Direction musicale et artistique Heinrich Bentemann

Le programme des rencontres internationales d’art choral Eurochorus 2022, à Aix-la-Chapelle, réunit des œuvres qui invoquent la Paix, extraites du répertoire classique de la Renaissance au contemporain. Une dégustation musicale des pièces choisies pour ce stage vous est proposée dans le programme détaillé ci-dessous.

Ce stage, conçu comme un stage de perfectionnement choral, est destiné à des choristes adultes de bon niveau, passionnés, ayant une expérience significative du chant choral et faisant partie d’un chœur.

Une excellente préparation des pièces avant le stage est exigée.

Des vidéos d’aide à l’apprentissage de chaque pièce seront mis à disposition à partir d’avril, au fil de leur création, pour faciliter la lecture des partitions, l’apprentissage des textes et favoriser la préparation individuelle de chacun (cf. page Partitions et Apprentissage). Tous les fichiers d’apprentissage seront disponibles au plus tard en juin.

Lors du stage, les œuvres seront travaillées en pupitre et en tutti, en langues allemande et française, avec des indications en anglais, avec toujours des exercices journaliers de mise en voix et de technique vocale, un coaching choral par pupitres et des conseils vocaux individuels proposés par les professeurs de chant.

Le choix définitif des pièces qui seront présentées en public lors des concerts de fin de stage dépendra de la qualité de notre ensemble, et donc du degré de préparation de chaque choriste.

Les Concerts

Le stage se terminera par deux concerts publics :

  • Samedi 27 août à 18 heures, en l’église Saint-Jacques / Katholische Pfarrkirche St.Jakob
    Site Saint Jakob
  • Dimanche 28 août à 11 heures, en l’église Saint-Nicolas / Citykirche St.Nikolaus
    Site Saint Nicolas

Programme musical

Le programme du stage de musique chorale d’Eurochorus du 22 au 28 août 2022 à Aix-la-Chapelle comprendra toutes les œuvres présentées brièvement ci-dessous. Le choix définitif des œuvres chantées lors des deux concerts finaux se fera en fonction de la qualité (espérée) de notre ensemble, notamment du degré de la préparation de chaque choriste (pour faciliter une préparation individuelle de la lecture des partitions et l’apprentissage des textes, nous créerons des petites vidéos).

  • Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847) : Verleih uns Frieden

On a rencontré souvent cette cantate de Mendelssohn dans les concerts de nos chœurs franco-allemands, la dernière fois  dans le “Grand concert pour la paix franco-allemande“, le 11 novembre 2018 à Aurillac. Elle est issue de la première strophe de l’adaptation allemande de l’antienne grégorienne Da pacem, Domine, in diebus nostris par Martin Luther.  Le texte, en latin et en allemand, sert donc de lien entre nos compositions pour la paix. (Avec piano.)

Un bon enregistrement avec piano (bien que le piano soit un peu fort): Stuttgarter Hymnus-Chorknaben/ Rainer Homburg  lien ici

  • Johannes Brahms (1833-1897) : Ach, arme Welt

En 1888 Brahms a composé sa dernière œuvre de musique chorale, les Trois Motets op. 110. Ach, arme Welt en est le numéro 2. La troisième strophe implore Dieu par ces paroles : donne-nous, Seigneur, la paix. (A-cappella)

Enregistrement recommandable (bien que le choeur reste anonyme): tempo, interprétation, prononciation:  lien ici

  • Max Reger (1873-1916) : Dein, o Herr, ist die Kraft

Bernard Lallement, le fondateur de notre mouvement des chœurs franco-allemands, a déjà inséré cette brève composition de Max Reger, qu’il destinait à l’origine à une église américaine, dans sa Cantate pour la paix. La prière pour la paix forme le refrain de cette brève pièce musicale. (A-cappella)

Pas d’enregistrement recommandable

 

  • Peteris Vasks (*1946) : The fruit of silence

La musique du compositeur lituanien Peteris Vasks transmet des messages et appelle à la résistance contre les pratiques inhumaines répandues sur notre terre. Dans The fruit of Silence (2014), il a mis en musique la conception d’une charité basée sur la foi et au service de la paix comme Mère Teresa de Calcutta l’a exprimée dans cinq phrases poétiquement condensées. (Avec piano)

Excellent enregistrement, surtout la conduite des voix:  Voces8 / Huw Watkins: lien ici

  • Josquin Desprez (1450/55-1521) : Agnus Dei III extrait de la “Missa da pacem“

A son époque, la Première Renaissance, Josquin Desprez, né en Picardie, était considéré comme le meilleur compositeur ; Martin  Luther s’exprimait sur sa maîtrise de l’art de composition : “Les autres compositeurs étaient contraints d’écrire de la musique comme les notes le prescrivaient. Chez lui, les notesdevaient faire ce qu’il leur ordonnait. “Toutes ses œuvres se distinguent par leur beauté et l‘équilibre de leurs formes, et en même temps, par leur conception mathématico-intellectuelle. C’est notamment le cas dans ses compositions de l’Ordinarium missae, des parties liturgiques fixes de la messe. (A-cappella)

Enregistrement recommandable: tempo, sonorité: Lumina Vocal Ensemble / Anna Pope:  lien ici

  • Maurice Ravel (1875-1937) : Trois beaux oiseaux du paradis

C’est au cours du premier hiver de guerre, en 1914, que Maurice Ravel a mis en musique un texte écrit sur la peur de ses compatriotes en temps de guerre, pour solistes et chœur à quatre voix : une jeune fille regarde passer trois oiseaux de paradis, un bleu, un blanc et un rouge. Ce sont les couleurs de la tricolore qui lui rappelle que son petit ami est parti en guerre pour la France. (A-cappella)

Excellent enregistrement, surtout la conduite des voix:  The Cambridge Singers / John Rutter : lien ici

 

  • Enjott Schneider (*1950) : Dona nobis pacem

Enjott Schneider, un compositeur allemand et pendant longtemps président de la SACEM allemande (la GEMA) met musicalement en opposition la prière latine du Da pacem Domine, comme chez Arvo Pärt, au chant luthérien Verleih uns Frieden, comme chez Mendelssohn. Il en résulte une composition dont l’interprétation est un défi passionnant par les passages en métrique libre qui contrastent avec d‘autres passages qui demandent une forte accélération. C’est une manière de chanter non habituelle qui attend les choristes. (A-cappella)

Pas d’enregistrement.

  • Philippe Rombi(*1968) : Hymne des fraternisés

L’Hymne des fraternisés (I’m dreaming of  home) fait partie de la bande sonore, composée par Philippe Rombi, du film Joyeux Noӫl. Le film a pour sujet un épisode de trêve de la Grande Guerre entre soldats français, allemands et anglais à Noël 1914. (Avec piano)

Natalie Dessay/Chorale Scala/London Symphony Orchestra/Philippe Rombi: lien ici

  • Bernard Lallement (*1936) : Canon de la paix

En bis nous répéterons et chanterons le Canon de la paix sur un texte de Romain Rolland, extrait de la Cantate pour la paix du fondateur de notre mouvement des chorales franco-allemandes Bernard Lallement. (Avec piano)

Un enregistrement de la chorale franco-allemande de Paris, sous la direction de Bernard Lallement: lien ici

 

 

 

 

 

 

  • Arvo Pärt (+1935): Da pacem Domine

Composé  pour  un  festival  international  de musique  pour  la  paix  à  Barcelone  et  depuis régulièrement chanté en Espagne à la mémoire des victimes de l’attentat de Madrid en 2004, Arvo Pärt ne choisit dans son œuvre qu’un nombre très restreint de sons, un même rythme, mais différé pour toutes les voix, et un tempo très lent. Cela produit  l‘impression d‘une prière statique, voire hypnotique. (A-cappella)

Enregistrement recommandable avec la partition sur l’écran): Estonian Philharmonic Chamber Choir/Paul Hillier  lien ici

  • Urmas Sisask (*1960): Agnus Dei

Utilisant des techniques de composition polyphoniques aussi simples que raffinées Urmas Sisask, l’un des compositeurs estoniens les plus connus et les plus chantés, a conçu son Agnus Dei, qui se termine traditionnellement sur Dona nobis pacem, comme une prière pour la paix d’une grande vigueur.  (A-cappella) 

Enregistrement recommandable: tempo, sonorité:  The Chamber Choir Eesti Projekt/Anne-Liis Treimann: lien ici

    • Louis Théodor Gouvy (1819-1898): Hymne à la paix

    Né à Hombourg-Haut en Lorraine, Gouvy était tout aussi bien citoyen français, jusqu’en 1871, que citoyen prussien, après l’annexion de la Moselle suite à la guerre franco- allemande de 1870/71. Cette appartenance à deux cultures se retrouve aussi dans ses œuvres qui ont des traits de style musical  français allemand. L‘Hymne à la paix, est un texte du grand auteur dramatique Jean Racine que celui-ci a écrit à l’occasion de la paix de Rijswijk en 1697, le traité de paix mettant fin à la guerre de succession du Palatinat. (A-cappella)

    Pas d’enregistrement recommandable.

    • Charles Gounod (1818-1893), Da pacem Domine ( choeur de femmes)

    La musique sacrée de Charles Gounod est immense : il comporte des oratorios, 15 messes, un Stabat Mater, un Requiem et 60 compositions plutôt brèves pour divers ensembles vocaux, parfois accompagnés à l’orgue ou au piano, ce sont les “Chants sacrés“, publiés comme collection  en 1878. Le Da pacem Domine pour trois voix de femmes fait partie de cette collection. Gounod ne cite pas le chant grégorien du même nom, comme cela sera le cas pour Arvo Pärt ou Enjott Schneider dans notre programme musical. Il invente sa propre mélodie et l’harmonise selon le goût musical typique au postromantisme. (A-cappella ou avec piano)

    Le meilleur enregistrement existant, bien que pas toujours vocalement équilibé:  Minerva Voices chamber choir at the University of Kent / Dan Harding: lien ici

    • Frank Martin (1890-1974): Notre Père (extrait de l’Oratorio “In terra pax“)

    Le compositeur suisse Frank Martin a composé son oratorio sur des textes bibliques “In terra pax“ pour le jour de l’armistice après la Seconde guerre mondiale et on l’a passé pour la première fois le 7 mai 1945 sur Radio Genève, en langue française. Les textes et la musique vont des terreurs de la guerre, de la peur et du désespoir jusqu’à l’exaltation de la paix et de l’espoir retrouvés et au renouveau. Le compositeur n’a pas voulu seulement se référer à la Seconde guerre mondiale mais à toutes les guerres et conflits armés pour leur opposer sa musique en tant qu’exhortation. La troisième partie de l’oratorio se termine par des extraits du Sermon sur la Montagne : mise en musique des Béatitudes et du Notre Père. (selon une annonce de concert de la Mitteldeutscher Rundfunk à Leipzig). (Avec piano)

    Version allemande : Bozner Domchor & Kammerchor Leonhard Lechner / Heinrich Walder: lien ici
    Version française : Choeur et orchestre de la radio bavaroise / Ulf Schirmer: lien ici